Foire aux Questions

  • Opérateurs

    Contrat et notification

    Quel(s) produit(s) mentionner ? Devez-vous tous les énumérer ?
    Non, vous pouvez rester général (par exemple, un préparateur de confitures mentionne "confitures" et pas tous les types de confitures qu'il produit).

    Quel site devez-vous mentionner?

    Si votre activité biologique a lieu à la même adresse que votre siège social, vous pouvez indiquer "voir ci-dessus" ou "idem". Sinon, inscrivez l'adresse de l'endroit où l'activité a lieu.
    Par exemple: si votre siège social est à Bruxelles et votre activité a lieu à Namur, l'adresse de Bruxelles figurera en haut du contrat sous le nom de l'opérateur, tandis que l'adresse à Namur doit être inscrite en bas de la page 1 du contrat sous "Pour les produits présents sur les sites suivants (lieux de vente, de stockage, de préparation, etc... : (uniquement les sites du demandeur)". 

    Si votre activité a lieu à l'étranger, ne mentionnez PAS votre adresse à l'étranger, reprenez simplement l'adresse du siège en Belgique.
    Cette remarque vaut également pour la notification dans "Adresse des sites où l'activité bio a lieu".

    Qui signe les contrats et la notification ?
    Pour les opérateurs en nom propre : uniquement l'opérateur.
    Pour les opérateurs en association : TOUS les associés
    Pour les sociétés en sprl, SA : la (ou les) personnes habilités à représenter la société (voir statuts)

    Comment ajouter une activité dans votre dossier?
    Envoyez une nouvelle notification au bureau et tenez votre controleur au courant.

    Primes

    Les exploitants qui désirent souscrire un nouvel engagement de 5 années démarrant au premier janvier 2016 pour une mesure agro-environnementale (MAE) ou un nouvel engagement en mode de production agriculture biologique, sont tenus d’en faire la demande via le formulaire de demande d’aides agro-environnementales ou à l’agriculture biologique.
    Il devra être retourné, pour le 3 novembre au plus tard, auprès de la Direction extérieure gestionnaire des dossiers PAC du demandeur. Passé ce délai, des réductions du montant des aides seront appliquées. Il faut en outre obtenir une notification d'activité BIO auprès d'un orgnaisme de contrôle pour le 31 décembre.

     

    Notice explicative de la demande de nouvel engagement en mesures agro-environnementales et agriculture biologique.

     

    03/11/15: limite de renvoi du formulaire d'aides pour les nouveaux engagements MAE et BIO sur le portail de l'agriculture wallonne
    31/12/15
    : limite pour notification d'activité BIO auprès de Certisys
    31/03/16: Introduction demande de paiement d'aides bio via le formulaire de demande unique

    Attention modification des Arrêtés ministériels pour l'octroi des primes.
    Arrêté Ministériel wallon relatif aux aides à l'agriculture biologique 3/09/15 Arrêté Ministériel wallon relatif aux aides à l'agriculture biologique 3/09/15(pdf)
    Arrêté Ministériel wallon du 03/09/15 modifiant l'arrêté du 03/04/2014: Primes BIO Arrêté Ministériel wallon du 03/09/15 modifiant l'arrêté du 03/04/2014: Primes BIO(pdf)

    Primes BIO 2015

    Points de contact dans les Directions extérieures pour tout renseignement et obtention de documents:

     Contact primes

    Pour plus d'infos, contactez la direction générale de l'Agriculture au 081/64.94.11 et contactez le bureau des aides de votre Région.
    Autorités flamandes

    Dérogations

    Les semences doivent être bio et non issus d’OGM. Des dérogations sont  prévues pour des semences conventionnelles non traitées, dans des conditions très précises par le règlement pour cause d’offre de semences BIO insuffisantes. En aucun cas vous ne pouvez utiliser de semences traitées.
    Le site "organicxseeds" permet d’en connaître la disponibilité.
    Vous pouvez demander vos dérogations directement sur le site d'organicxseeds.
    Pour cela vous devez d'abord vous enregistrer avec votre numéro d'opérateur et votre code postal.
    Guide Agriculteur Organixseeds Guide Agriculteur Organixseeds(pdf)

    Instruction Utilisation Banque donnees Organicxseeds Instruction Utilisation Banque donnees Organicxseeds(pdf)


    Puis je utiliser mon stock de semences non traité de l'an passé sans demander de dérogation?

    oui, si ces semences en stock ont déjà fait l'objet d'une dérogation qui a été accordéé.

    Dois je demander une dérogation pour mes propres semences ?

    non, si céréales de qualité biologiques.

    Où puis je trouver des plants frigo de fraisiers bio ou des stolons bio?

    Adressez-vous à Biowallonie

    Mes semences sont déjà semées et ma dérogation est refusée. Que dois je faire?

    Contactez-nous

    Puis-je utiliser un fertilisant pour épandre sur mes cultures?

    Oui, si le produit correspond à l'annexe I du règlement CEE 889/2008 et AGW du 11 février 2010. Nous avons besoin d'une fiche technique reprenant la composition du fertilisant et nous regardons si la composition est conforme à l'annexe 1 du Règlement 889/2008.
    ListeEngraisAnnexeIReglement889_2008 ListeEngraisAnnexeIReglement889_2008(pdf)
    Arrêté Ministériel wallon: mode de production et étiquetage des produits bio (11/02/2010) Arrêté Ministériel wallon: mode de production et étiquetage des produits bio (11/02/2010)(pdf)

    Fiches de transaction

    Comment puis je calculer les 3/4 de vie des bovins?

    Faites le calcul en ligne sur l'Intranet ou contactez-nous.

    Est ce que je peux vendre mon bovin comme bio?
    Contactez Julien Filippi en renseignant le numéro de boucle auriculaire complet.

    Elevage

    Est ce que je peux donner un aliment X à mes animaux?
    Nous vérifions la fiche technique du fournisseur reprenant la composition de l'aliment et regardons si la composition est conforme aux Règlements en vigueur.

    Puis je nourrir mes animaux bio avec des fourrages en conversion?
    Pour les fourrages en 2ème année de reconversion :
    - 100% si le fourrage provient de l'exploitation
    - 30% s'il est acheté ailleurs
    Pour les fourrages en 1ère année de conversion :
    - 20% s'il provient de l'exploitation et que les parcelles concernées n'aient pas été intégrées dans une unité de production biologique au cours des 5 années précédentes
    - interdit si acheté ailleurs

    Quel est le pourcentage de césariennes autorisées?
    - 100%: les 3 premières années
    - 70%: la 4 et 5ème année
    - 20%: après 5 ans.

    Quelles sont les conditions pour attacher les animaux?
    Depuis le 01/01/2014, le nombre de bêtes attachées est limité à 50.

    Quel type d'animaux puis-je acheter?
    - Uniquement des femelles nullipares (qui n'ont pas encore mis bas) à raison de 10% par an du cheptel adulte OU 40% du cheptel adulte en cas de changement de race, agrandissement du troupeau ou de spécialisation avec dérogation.
    - Achat de mâles reproducteurs conventionnels autorisés.
    - En bio, on peut acheter ce que l'on veut ( pas uniquement des génisses).

    Puis-je avoir une espèce identique en conventionnel et en BIO?
    Les doublons ne sont pas autorisés en agriculture biologique, c'est à dire que vous ne pouvez pas conduire des animaux de même espèce en Bio et en conventionnel (pas de bovins en bio et en non bio.

  • Bio, c'est quoi?

    5 raisons de choisir bio

    Le bio c'est dans la terre
    La base de départ du bio c'est un sol sain et fertile. La culture biologique se pratique uniquement en pleine terre, car le sol est au cœur de l'agriculture et de notre approvisionnement alimentaire. Un agriculteur bio investit dans la fertilité naturelle de son sol. Un sol fertile, riche en humus, offre non seulement une production bonne et nutrionnelle à l'agriculteur mais sert également de protection naturelle contre les maladies. Il peut ainsi éviter les OGM et les engrais et les pesticides chimiques.

    Bio jusque dans la préparation
    La règlementation bio ne s'arrête pas au producteur ! Elle régit également les produits préparés, majoritaires dans notre alimentation. Grâce aux règles bio, on peut être sûr que les produits de l'agriculteur seront préparés soigneusement pour créer des aliments purs et savoureux. Ainsi on a la garantie, en tant que consommateur, de la qualité des produits bio : purs et à haute valeur nutrionnelle.
    Pour en savoir plus, voir "Pourquoi la préparation est-elle spécifique en bio ?"

    Bio respectreux de l'environnement
    L'élevage bio se distingue sur un point très important : il est toujours lié au sol. Cela signifie que le nombre d'animaux élevés par un producteur est déterminé par rapport à la surface de sol nécessaire pour nourrir ces animaux et en fonction du fumier nécessaire au sol pour se nourrir en retour. Le bio pèse moins sur l'environnement car le fumier organique n'est pas vu comme un déchet mais bien comme une ressource utile pour augmenter la fertilité du sol. Le bio s'efforce de fermer les cycles naturels.

    Le bio passe par le respect de l'animal
    Les animaux élevés aux normes bio sortent librement, disposent d'une étable où passe la lumière du soleil, mangent de la nourriture bio et prennent le temps de grandir. De plus, un éleveur bio choisit soigneusement ses races pour éviter au maximum l'utilisation de médicaments.

    Le bio, un choix d'avenir ?
    Santé, Ecologie, Equité et Précaution. Le bio ne pourra se développer harmonieusement qu’en s’appuyant sur ces 4 valeurs reprises par IFOAM qui viennent compléter la réglementation européenne. C’est sur cette base que le secteur souhaite voir se développer l’agriculture biologique. C’est indispensable pour le secteur, pour l'alimentation de demain et pour la planète de cultiver sans épuiser les ressources de la terre. C’est indispensable également pour le consommateur qui pourra retrouver la confiance en se nourrissant de produits issus d’une agriculture de proximité. Qui choisit bio, tend vers un avenir fait de moissons riches, d'agriculteurs heureux et de gens en bonne santé. Principes Agriculture Biologique IFOAM Principes Agriculture Biologique IFOAM(pdf)

    "Naturel" et "bio" c'est pareil?

    Les termes « naturel », « artisanal », « local » et « de saison » envahissent nos emballages ! Mais attention il n'existe aucune définition ni aucun contrôle de la mention « naturel » contrairement au bio qui est lui strictement réglementé ! Il est donc très facile de faire prétendre qu'un produit est « naturel » car il ne faut pas être contrôlé pour afficher cette mention en grand sur l'étiquette ! Malheureusement, beaucoup de produits soient disant naturels ne correspondent en fait pas du tout à ces allégations et contiennent même des tas de conservateurs, arômes artificiels, pesticides et autres. Ne vous laissez pas berner et vérifier la liste d'ingrédients !

    Le terme biologique, quant à lui, est légalement protégé et strictement contrôlé. De par ces contrôles, vous pouvez donc être sûrs que les ingrédients ont été cultivés selon les méthodes bio et que les processus de préparation ont également été réalisés selon des règles bio strictes.

    La petit vidéo humoristique ci-dessous dénonce avec humour les pratiques de certains annonceurs par rapport au terme « naturel «  (en Anglais) The Natural Effect

    Les OGM autorisés en BIO?

    L’usage d’OGM est, et a toujours été, totalement interdit dans l’alimentation biologique et ce, à tous les niveaux de la filière (semences, cultures, arômes, etc.). Les OGM ne sont ni compatibles ni nécessaires avec un système agricole tel que l'agriculture biologique. Enfin, 65% des belges ne veulent pas des OGM ! Malgré tout, des contaminations accidentelles sont possibles, le règlement bio fait alors référence au règlement OGM de l’UE applicable à tous produits alimentaires. Ce règlement sur l’étiquetage des produits alimentaires tient compte de la contamination environnementale et a fixé le seuil à 0,9%. Au dessus de ce seuil, il est obligatoire de le mentionner sur l’étiquette.

    Les OGM ne sont pas compatibles avec un système agricole qui varie comme l'agriculture biologique. C'est pourquoi ils ne sont pas nécessaire dans la production bio. De plus, l'historique des OGM témoigne du fait que les OGM ne représentent qu'une solution temporaire.
    Enfin, 65% des belges ne veulent pas des OGM !

    Communiqué de presse Bioforum sur l'usage des OGM Communiqué de presse Bioforum sur l'usage des OGM(pdf)

    Pourquoi la préparation est-elle spécifique en bio?

    La plupart de notre alimentation quotidienne ne vient pas directement du champs mais est préparée, transformée. Dans l'industrie alimentaire conventionnelle, la préparation se fait à l'aide d'additifs chimiques. En bio, on prépare autrement.

    Notre alimentation est souvent hautement transformés dans l'industrie alimentaire classique pour en améliorer la couleur, la texture, la saveur et la durée de vie par des additifs. Le préparateur bio, lui, tend vers un produit le plus pure possible avec le moins d'additifs et avec une valeur nutritionnelle la plus haute possible. En d'autres mots, un produit qui possède naturellement un goût riche, une texture agréable et une couleur attrayante.

    Le préparateur bio doit d'ailleurs suivre une réglementation très stricte. Celle-ci contient des listes positives des additifs qui peuvent être autorisés en bio. De plus, le préparateur ne peut utiliser aucun ingrédient OGM.

    Où acheter ses produits bio?

    De nos jours, il n'est pas difficile de se procurer des produits bio !
    Vous retrouvez facilement les produits de base dans les supermarchés. Presque la moitié des achats bio se font d'ailleurs dans les grandes surfaces. L'autre moitié achète dans des magasins bio spécialisés. A côté des produits de base, vous trouverez également des produits frais et d'autres produits spécifiques à ces magasins.

    Il vous est aussi possible d'acheter ses produits bio directement chez le producteur : sur un marché bio ou chez un agriculteur en vente direct. Il existe même la possibilité de s'abonner pour aller chercher chaque semaine des fruits et légumes via des points de recolte.

    Bioguide: vos adresses bio à Bruxelles

    BiodeWallonie.be

    Biogenietengids

    Le bio peut-il nourrir le monde?

    Au fur et à mesure du développement de l'agriculture bio, une question émerge : est-ce que le bio pourrait produire assez pour tous nous nourrir ?

    Au Nord, il est vrai que les agriculteurs européens produisent moins que les agriculteurs conventionels mais pour avoir une vision globale il est essentiel de tenir d'autres facteurs de production en compte et ceci sur le long terme. Le sol par exemple, joue un rôle crucial : selon plusieurs études, il semblerait que les méthodes d'agriculture conventionnelle affectent fortement la fertilité du sol et augmentent l'érosion. Une étude américaine comparant les méthodes agricoles bio et conventionnelles a d'ailleurs prouvé à ce sujet que les sols bio retenaient mieux l'eau, avait une meilleure structure et une teneur plus élevée en matière organique.

    Au Sud, différents projets ont montré que les méthodes de productions durables sans utilisation d'engrais ou de pesticides, permettent d'obtenir des rendements plus élevés.

    Une production alimentaire plus élevée n'est en faite pas nécessaire...
    En effet, les principales causes de famines sont la pauvreté et une répartition alimentaire non-équitable. Presque 80% des enfants souffrant de malnutrition vivent dans des pays en surplus alimentaire. La faim dans le monde n'est donc pas une question de trop peu de nourriture mais bien de mauvaise division des ressources. Paradoxalement, il y a une tendance grandissante dans le Nord à manger trop et à tomber dans l'obésité.

    En conclusion c'est possible avec l'agriculture bio !
    Il reste bien assez de nourriture sur notre Terre. Les pays industrialés peuvent certainement répondre à leurs propres besoins en nourriture grâce au bio, d'autant plus si nous consommons moins de viande. Quant aux pays du sud, l'agriculture bio y a fait ses preuves et peut produire de hauts rendements.

    Pour en lire plus Kan bio de wereld voeden? ou dans le Kaizen magazine

  • Contrôles bio

    Contrôles bio, quelles garanties?

    Le terme « bio » est une appellation légalement protégée. Le mot bio ne peut donc apparaître sur un emballage que si le producteur a été contrôlé et certifié bio. La législation bio européenne décrit des règles très strictes et détaillées pour l'agriculture bio et la préparation.

    La règlementation européenne décrit aussi comment contrôler le bio. C'est ce contrôle obligatoire qui garantit aux consommateurs que le produit est vraiment bio. Chaque entreprise tout au long de la filière des produits bio est donc contrôlée par un des 3 organismes de contrôle indépendants et reconnus par les Autorités ! De l'agriculteur au préparateur de fromage, en passant par le boulanger ou le distributeur, tous recoivent annuellement la visite d'un contrôleur agrée comme Certisys. Ces contrôleurs prélèvent des échantillons pour analyse, vérifient toute l'administration et réalisent également souvent des visites inopinées.

    Le système de certification bio est très stricte : si un agriculteur, un préparateur ou un point de vente ne respectent pas les règles, l'organisme de contrôle le sanctionnera. Cela peut être un simple avertissement ou aller jusqu'au retrait du certificat. Dans tous les cas, il faudra arrêter de vendre ces produits non-conformes comme étant « bio ».

    Pour en savoir plus sur le contrôle et la certification chez Certisys

    Le Bio se met à nu - Communiqué de presse de l'ApaqW Le Bio se met à nu - Communiqué de presse de l'ApaqW(pdf)

    garanties BIOCliquez sur l'image pour l'agrandir

    Le contrôle bio chez le producteur

    Des audits sont réalisés sur le terrain à une fréquence moyenne supérieure à 2 fois par an. Les enregistrements ainsi que la traçabilité des intrants et des soins vétérinaires sont vérifiés au même titre que l’alimentation des animaux et que leurs conditions de vie.

    Un bilan matière est réalisé et un échantillon, destiné à la recherche de substances interdites par la législation bio, est prélevé. Une visite des étables et des parcelles permet de vérifier que l’opérateur respecte les exigences de densité et d’accès aux pâturages ou aux parcours extérieurs, comme le prévoit le règlement bio. Tous les détails de gestion des parcelles (carnet de culture) et des animaux (carnet d’élevage) sont vérifiés parallèlement à la réalité du terrain.

    Au terme de l’audit, un rapport de contrôle mentionnant les éventuels écarts à la législation est transmis à l’opérateur, afin qu’il puisse apporter à l’organisme de contrôle la preuve que les corrections nécessaires ont été mises en place dans le délai défini.


    Cliquez pour agrandir

    Pour en savoir plus sur les contrôles producteurs.

    Le contrôle bio chez le préparateur

    Le contrôle est axé sur le respect des méthodes utilisées. Celles-ci peuvent être mécaniques, physiques ou micro-biologiques. L’entreprise agro-alimentaire est tenue de travailler avec des matières premières issues de l’agriculture biologique et une liste restreinte d’additifs définie par le règlement bio. Le recours à des OGM et rayonnements ionisants est interdit. Les contrôles, effectués au minimum une fois par an, consistent entre autres à vérifier l’origine des matières premières de base et les fournisseurs ; les lieux de stockage ; les mesures de séparations entre les produits conventionnels et biologiques ; les recettes et procédures de transformation ; la corrélation entre les entrées de matières premières et sorties de produits finis ; l’étiquetage;…

    Après sa visite, le contrôleur remet un rapport de contrôle à l’équipe de certification qui vérifie la concordance entre les points constatés et les normes en vigueur en vue d’établir un certificat pour les produits bio.


    Cliquez pour agrandir

    Pour en savoir plus sur les contrôles préparateurs.

    Le contrôle bio chez le point de vente

    L’activité de commerce de détail de produits biologiques est soumise, au moins une fois par an, à un contrôle qui peut prendre des formes différentes selon l’activité concernée. Ainsi, les détaillants ne commercialisant que des produits «préemballés» bénéficient d’un contrôle gratuit effectué par le ministère de l’Agriculture, de même que les détaillants commercialisant des produits «en vrac» pour un montant d’achats inférieur à 5.000 EUR par an. Tous les autres détaillants sont tenus de notifier leurs activités et d’être certifiés auprès d’un des trois organismes de contrôle officiels (payant).

    Plusieurs aspects sont vérifiés lors du contrôle tels que le lieu de stockage ; l’absence de confusion entre les produits biologiques, en conversion ou conventionnels, par des références correctes sur les étiquettes, les pancartes et les affichettes dans le lieu de vente ; la traçabilité des produits en vrac ; la validité des certificats des fournisseurs de produits bio en vrac ; le contrôle des factures d’achat et des bons de livraison,…

    En cas de doute sur la conformité du mode de production biologique, des prélèvements sur les produits disponibles en magasin sont effectués pour analyse. Ces contrôles permettent de renforcer la confiance des consommateurs à l’égard de tout produit bio vendu en magasin.


    Cliquez pour agrandir

    Pour en savoir plus sur les contrôles points de vente.

    Le contrôle bio chez le restaurateur ou catering

    La protection de l'appellation « bio », appliquées aux domaines de l'agriculture, de la transformation et de l'importation, a été étendue à la restauration en Wallonie et à Bruxelles. Ce qui signifie que toute entreprise de catering, service de catering, restaurateur ou traiteur, peut à présent communiquer par écrit avec le terme « biologique » ou « bio », dans toutes les langues, à condition de respecter les règles énoncées au cahier des charges Biogarantie et de soumettre son entreprise à un contrôle. Les opérateurs wallons et bruxellois faisant de la restauration collective doivent donc respecter les règles énoncées dans des arrêtes ministériels régionaux pris en application de la réglementation bio européenne.

    Les contrôles, effectués auprès des restaurants, traiteurs, fast food, snacks, foodtrucks,… proposant des plats bio au minimum une fois par an, consistent entre autres à vérifier la validité des certificats des matières premières, les lieux de stockage, les mesures de séparations entre les produits conventionnels et biologiques, la composition des produits préparés, les mesures d’hygiène, l’étiquetage,… Des prélèvements peuvent également avoir lieu en vue d’analyses réalisées dans un laboratoire accrédité.

    Depuis 2007, le cahier des charges Biogarantie® fixe des règles pour une certification volontaire dans ces entreprises. Depuis 2012, un arrêté ministériel wallon approuve et donne une valeur légale au cahier des charges Biogarantie® et depuis 2013, ce même cahier des charges a été reconnu à Bruxelles.

    Suite au contrôle, l’auditeur rédige un rapport de contrôle qu’il remet à l’équipe de certification. L’opérateur est ensuite averti des non-conformités éventuelles, des mesures correctives à appliquer et, le cas échéant, de la sanction, fixée en fonction de la nature du problème.

    Cliquez pour agrandir

    Pour en savoir plus sur les contrôles restaurateurs et catering.

    Organismes de contrôle vraiment indépendants?

    Suite à l'émission « Question à la une : Bio, vous avez dit bio ? » Communiqué de Certisys Suite à l'émission « Question à la une : Bio, vous avez dit bio ? » Communiqué de Certisys(pdf) En Belgique, les 4 organismes de contrôle, dont Certisys, sont agréés par les Autorités publiques qui supervisent leur fonctionnement et ont accès à leurs installations. Des vérifications des contrôles sont également réalisées par les autorités compétentes.

    La transparence totale des organismes certificateurs est de mise:

    - accès en ligne de la liste des opérateurs certifiés,
    - rapports d’activités aux Autorités officielles,
    - échange d’informations entre les différents organismes de contrôle,
    - coopération en cas de crises, etc.

    Pour en lire plus sur les contrôles :
    Le Bio se met à nu - Communiqué de presse de l'ApaqW Le Bio se met à nu - Communiqué de presse de l'ApaqW(pdf)

    Le bio, un secteur où la fraude est récurrente ?

    Le secteur bio subit des fraudes comme tous les autres secteurs. Les produits bio sont soumis aux mêmes contrôles que les produits conventionnels (AFSCA, répression des fraudes, etc.) et subissent en plus des contrôles pour le respect du cahier des charges bio. Des manquements et des fautes sont décelés chaque année par les organismes de contrôle. Les sanctions sont appliquées de façon impartiale suivant un barème de sanctions pouvant aller jusqu’à l’exclusion de l’opérateur et l’interdiction totale de commercialisation des produits bio. Ce régime de sanctions est légiféré par les Autorités publiques. FraudeMetBio FraudeMetBio(pdf)

    Le bio, un secteur où les dérives sont récurrentes ?

    La production biologique a pour principe de cultiver sans produits chimiques de synthèse. L’agriculteur bio empêche l’envahissement des adventices par les bonnes pratiques agronomiques : rotations des cultures et techniques de désherbage mécanique modernes, espèces végétales associées.

    En cas de pollution, la partie contaminée est déclassée par l’organisme certificateur pour non-respect du cahier des charges très strict. Avant d'avoir à nouveau l'agrément bio, la parcelle doit passer par 2 années de reconversion.

    Des solutions existent pour éviter les cas de dérives grâce aux bonnes pratiques agricoles comme notamment l’implantation de haies mitoyennes entre parcelles bio et conventionnelles, l'utilisation d'équipements adaptés et bien réglés ou encore l’obligation de laisser une zone tampon non pulvérisable le long des terres biologiques.
    Des mesures sont également prises pour éviter ces dérives au niveau d'un Arrêté royal.
    De plus, des actes d'agrégation régulent précisément l'usage des pesticides.

    L’information détaillée est mise à disposition du public sur le site fédéral Fytoweb.

    Téléchargez le communiqué de presse de l'UNAB: "Problèmes de dérives, responsabilisons les agriculteurs conventionnels!


    Ci-dessous le modèle de lettre que Certisys propose à ses agriculteurs bio pour sensibiliser leurs voisins non-bio : Modèle de lettre pour agriculteur voisin non BIO Modèle de lettre pour agriculteur voisin non BIO(pdf)

    Le bio des grandes surfaces: fiable ?

    Les produits bio vendus en grande surface répondent aux mêmes exigences et aux mêmes contrôles que les produits bio vendus dans les magasins bio, à la ferme ou sur les marchés.
    La logique de commercialisation de la grande distribution impose ses contraintes aux producteurs bio (logistique, prix, calibrage, etc.).
    Aujourd’hui, même si 60% des ventes de l’alimentation bio en Belgique se fait via la grande distribution, il existe d’autres systèmes de distribution: les magasins bio, les marchés, les abonnements paniers, les Groupe d’Achats Communs ou Solidaires (GAC ou GAS), l’achat à la ferme, etc.

    Cliquez pour agrandir

    Produits bio d’importation : fiables?

    Reaction Certisys Reaction Certisys "ARTE: Bio, un business comme les autres?"(pdf) A ce jour, de nombreux produits bio cultivés hors Union européenne sont importés chez nous. Ceci est dû au fait que la demande est plus importante que la production. C’est particulièrement vrai dans la filière fruits/légumes où les produits étrangers viennent compléter l’offre locale.
    La règlementation sur l'alimentation biologique est d'application dans tous les Etats membres. Si l'on veut importer un produit qui ne provient pas d'un pays européen, il faut alors pouvoir démontrer à son organisme de contrôle que le produit a bien été produit selon une méthode bio. Certains pays possèdent des règles bio qui sont semblables à la règlementation européenne. Les importations en provenance de ces pays reconnus sont donc autorisés à condition bien-sûr qu'ils présentent les certificats nécessaires.

    De nombreux efforts sont réalisés pour proposer plus de produits locaux dans les commerces bio mais également dans les grandes surfaces et via les autres canaux de distribution. Le secteur se structure et la professionnalisation gagne du terrain pour répondre à la demande en produits bio régionaux.

    Pour en savoir plus sur l'import/export de produits bio et sur le commerce international de produits biologiques en général

  • Labels bio

    Comment reconnaître les produits bio?

    Si le terme « bio » est mentionné sur un emballage, vous pouvez être sûr qu'il s'agit d'un vrai produit bio. En effet, le bio est une appellation protégée par la règlementation européenne. Les produits biologiques subissent donc obligatoirement un contrôle sur toute la filière de production. Les produits bio emballés portent toujours le label bio. Pour le bio en vrac, comme les fruits et légumes, vous trouverez le label sur la caisse.

    En-dessous du label bio il y a toujours le code BE-BIO-01, ce code est la preuve du contrôle bio par un organisme agrée. En Belgique les codes varient entre 01 et 03 parce qu'il y a trois organismes de contrôle. Sur des produits bio étrangers vous retrouverez la même structure de code commençant par NL ou FR par exemple.

    Le label européen, quant à lui, est valable dans toute l'Union et obligatoire pour tout produit certifié bio emballé. Ce label garantit que le produit a été contrôlé par un organisme indépendant.


    De nombreux pays européens possèdent également un label national. En Belgique il s'agit du label privé Biogarantie®. Il suit la règlementation européenne et établit, en plus, des règles plus strictes sur certains points comme par exemple : un prix équitable pour le producteur, une utilisation des ressources en eau et énergie raisonnable, un effort sur le transport, l'emballage, etc. Ci-dessous voici quelques labels nationaux privés d'autres pays européens et labels étrangers que vous pourriez retrouver sur les étiquettes de produits bio.


    Enfin, en ce qui concerne le bio au restaurant, vous pouvez être sûr que le menu bio du restaurateur certifié Biogarantie® est effectivement bio. Toutefois, il faut savoir qu'il n'est pas encore obligatoire en Flandres de se faire certifier en tant que restaurateur ou catering alors qu'en Wallonie et à Bruxelles, les restaurants qui se proclament bio doivent être contrôlés comme tels.

    Etiquette
     
    Attention aux mentions « naturel », « artisanal » et autres allegations non-contrôlées qui ne sont pas forcément bio ! Voir « Naturel et bio, c'est pareil ? »

    Vous désirez en savoir plus sur l'étiquetage ou sur les labels Biogarantie et Ecogarantie ?

    Pour plus d'informations concernant les garanties derrière le label bio

  • Les plus des produits bio

    Le bio a-t-il meilleur goût?

    Les aliments bio ont-ils meilleur goût ? Ceci reste en partie une réponse personnelle mais voici quelques pistes...

    Le secret d'un plat savoureux se trouve dans le choix d'ingrédients de qualité. En choisissant bio, on opte pour des produits de premier ordre. Le bio c'est la promesse la plus fiable d'un goût pur et authentique.

    Le fait que le bio ait si bon goût s'explique par plusieurs raisons : le mode de culture et d'élevage est différent. L'hydroculture par exemple, n'est pas autorisé en bio ; pas de légumes ou de fruits pleins d'eau. Un autre exemple : le poulet bio reçoit 2 fois plus de temps pour s'engraisser qu'un poulet conventionel. Et cela se ressent dans le goût riche de sa chaire !
    De plus, au niveau de la préparation, il existe tout un tas de règles auxquelles le préparateur (boulanger, boucher, etc.) doit se conformer. Les produits transformés bio doivent être le purs possible, avoir été préparés sans aucun arôme synthétique ni exhausteur de goût et contenir le minimum d'additifs.

    Enfin s'ajoute à cela l'offre variée et originale des produits bio en magasin spécialisé qui offrent toutes une gamme de nouveaux goûts à découvrir !

    Pourquoi des céréales BIO?

     
     Parce que Certisys certifie:
     - Une terre et des semences sans pesticides
     - Des levures sans OGM
     - Des pains bio sans correcteurs de goût ni colorants artificiels
     - Minimum 1 à 4 contrôles par an





     

    Pourquoi des oeufs  BIO?


     Parce que Certisys certifie:
     - Le respect du bien-être animal
     - Un parcours extérieur pour les poules
     - L’alimentation contrôlée bio et locale des volailles
     - Un traitement vétérinaire limité (uniquement dans un but  curatif)
     - Minimum 1 à 4 contrôles par an





    Pourquoi des fruits et légumes BIO?


     Parce que Certisys certifie:
     - Pas d’OGM
     - Une terre et des semences sans engrais chimiques
     - Des fruits et légumes cultivés en pleine terre
     - Minimum 1 à 4 contrôles par an





    Il faut savoir que la méthode bio (cultures les plus durables) pour produire les fruits et légumes est dictée dans la réglementation européenne relative aux produits végétaux. Par plusieurs facteurs l'agriculture bio fait en sorte de réduire au maximum son impact environnemental :

    Le choix des variétés se fait sur base de la résistance naturelle aux maladies et mise sur des besoins de rendement, de conservation et d'esthétique. L'agriculture bio s'efforce à tendre vers un équilibre naturel en recourant notamment à des moyens de défense des récoltes comme par exemple les guêpes prédatrices naturelles de pucerons.

    Les engrais organiques (fumier, compost) sont très importants en agriculture biologique.

    D'autres mesures bio sont prises telles que le désherbage méchanique, la sélection et la taille manuelles, etc.

    Pourquoi de la VIANDE BIO?


     Parce que Certisys certifie:
     - Le respect du bien-être animal
     - La bête est de race rustique et robuste
     - La bête reçoit des médicaments uniquement dans un but curatif
     - La césarienne n'est pratiquée que en cas de nécessité
     - Des pâturages bio
     - La bête a accès à un parcours extérieur
     - Les espèces herbivores ont accès aux prairies
     - La bête reçoit de la nourriture contrôlée BIO
     - Une traçabilité de la viande
     - Minimum 1 à 4 contrôles par an

    Pour d'autres avantages bio voir Animaux bio plus bas

    Pourquoi du vin BIO?

    Car oui le vin bio existe et il est même règlementé au niveau de l'Union européenne ! Tant les raisins (depuis 2007) que le processus de vinification (règlement de 2007 completé en 2012) sont soumis à un contrôle bio et à des règles strictes.

    En effet, le vin bio commence avec des raisins de qualité, cultivés selon les méthodes biologiques et donc exempts de tout pesticide ou engrais chimique. Le viticulteur bio maintient ainsi un sol sain et fertile. Et des vignes saines diminuent le risque de maladies des raisins. Au plus sain est le vignoble, au moins le recours à des moyens chimiques est nécessaire.

    La récolte des raisins se fait à la main: cette sélection manuelle garantit la qualité des fruits. Le processus de vinification se passe lui aussi dans le plus grand soin ; les additifs artificiels ne sont autorisés qu'en quantité minime. Aucun arôme, goût ou colorant artificiel n'est permis dans le vin bio.
    En ce qui concerne l'ajout de sulfites, les quantités sont plus réduites en bio : premièrement, de par la méthode bio, qui ne nécessite pas ou peu de sulfites et deuxièment, de par la règlementation bio européenne, qui limite les sulfites dans les vins bio (100 mg/litre autorisés dans le vin rouge bio contre 150 dans le vin conventionnel). D'ailleurs, nombreux sont les viticulteurs bio qui produisent tout simplement leur vin sans aucun sulfite ajouté.

    De plus, de nombreux vins bio sont disponibles dans une gamme de prix moyenne. La qualité à un prix abordable donc !

    Un autre argument plaidant en faveur du vin bio est son goût. En effet, les vins bio gagnent même des prix gustatifs ! Logique donc qu'ils connaissent un essor conséquent ces derrières années.

    Reaction Certisys Reaction Certisys "TestAchats: Vins Bio: sans sulfites?"(pdf)

  • Bio bon pour l'environnement?

    Le bio, meilleur pour la planète?

    Plusieurs études internationales ont démontrés que l'agriculture biologique conduit à une plus grande variété d'aliments, un potentiel de reproduction plus élevé et plus de possibilités d'habitats pour la faune et la flore. L'agriculture bio favorise la biodiversité végétale et animale, à la fois sur le sol que dans celui-ci.

    L'agriculture bio contribue aussi à moins de gaz-à-effet de serre que l'agriculture conventionnelle, ce qui freine donc le réchauffement climatique. L'usage de pesticides et d'engrais chimiques qui polluent les eaux souterraines et l'air, est strictement interdit en agriculture bio.

    La pression sur l'environnement est limitée en agriculture bio grâce à une densité d'animaux plus faible par surface, l'utilisation plus élevée de fumier solide, la pratique de la rotation des cultures, etc.

    Un sol riche en humus est aussi bien plus résistant, absorbe plus de CO2 et contribue à une meilleure régulation des eaux.

    Enfin, vous pouvez aussi contribuer au bien-être de notre planète, en privilégiant le bio et en adaptant vos habitudes alimentaires vers moins de consommation de viande et vers plus de produits frais, locaux et de saison. 

    Pour en lire plus: Commission européenne - Agriculture bio et environnement

    Le bio contribue à la santé des sols

    La culture biologique se pratique uniquement en pleine terre, car le sol est au cœur de l'agriculture et de notre approvisionnement alimentaire. Un agriculteur biologique investit dans la fertilité naturelle de son sol : il utilise de la matière organique naturelle comme le compost ou le fumier pour apporter des éléments nutritifs au sol et pratique la rotation des cultures pour ne pas épuiser le sol.

    Un sol fertile, riche en humus, offre non seulement une bonne production nutrionnelle à l'agriculteur mais sert également de protection naturelle contre les maladies. L'agriculteur peut ainsi éviter les OGM, les engrais et les pesticides chimiques. Un sol sain contribue aussi à la pureté de notre eau, à la protection contre les innondations et les secheresses et freine le changement climatique.

    L'agriculture bio offre une solution au dilemme entre nature et agriculture car l'agriculture bio utilise des terres agricoles utiles pour la production de nourriture et prend, à la fois, soin du sol et de la biodiversité.

    Le bio, c'est durable?

    Une agriculture durable signifie que l'agriculture répond aux attentes économiques, écologiques et sociales de la société. De par ses principes mêmes et par le fait qu'elle tend vers un cycle fermé, l'agriculture bio se place naturellement dans la catégorie de l'agriculture durable.

    La plus-value économique ressort de l'augmentation constante du bio mondialement. De plus en plus de terres sont travaillés par des agriculteurs bio à travers le monde et les chiffres ne cessent de croître. En savoir plus sur les chiffres de l'Union européenne, sur les chiffres en Flandre et les chiffres en Wallonie

    Les principes clés d'une entreprise bio sont la fertilité des sols, l'équilibre naturel et les mesures préventives. Ceci mène à des avantages écologiques évidents. Pensons à titre d'exemple à l'interdiction d'utilisation de pesticides ou encore aux rotations de cultures plus larges.

    Enfin, la valeur sociale du bio est exprimée à différents niveaux: une plus grande satisfaction au travail  chez l'agriculteur biologique, plus d'emplois et de possibilités de développement rural, des chaînes commerciales plus courtes menant à plus de contact entre l'agriculteur et le consommateur, etc.

    Pour en lire plus: Bio mijn Natuur "Is bio duurzaam?"

  • Bio meilleur pour la santé?

    Le bio, meilleur pour la santé?

    Un sol pur et fertile et un animal sain constituent la base de l'agriculture et de l'élevage biologiques.  Ainsi le bio conduit naturellement à des produits purs à haute valeur nutritionnelle.

    L'alimentation biologique est préparée sans produits chimiques. A la vue du manque de connaissance sur les possibles effet négatifs sur la santé de ces produits, le secteur bio a en effet choisi la précaution, en éliminant ces substances de la culture et de la transformation des produits bio, pour éviter tout préjudice potentiel et également tout effet combiné négatif.  Seule une poignée de pesticides naturels sont autorisés dans l'agriculture bio. Les éleveurs n'utilisent eux, presque pas  d'antibiotiques et respectent une plus longue période de croissance pour les animaux. Toute personne qui prépare des aliments bio doit également se conformer à une liste limitée d'additifs. En effet, la préparation bio doit être aussi pure et naturelle que possible.

    Plusieurs études on été réalisées pour comparer la valeur nutritionnelle des aliments conventionels  par rapport aux produits bio. Vous pouvez en retrouver un résumé en quelques points sur Biotheek - Is bio gezond? .
    Pour n'en citer qu'un exemple : une personne qui consomme bio absorbe 20 à 40% plus d'antioxydants !

    Un consommateur bio est-il en meilleure santé ?
    Des recherches ont prouvées que les personnes qui consomment régulièrement bio suivent souvent un régime alimentaire plus sain, plus varié et plus équilibré. Les produits certifiés bio sont un choix malin pour quelqu'un qui veut manger plus sain. Ils ne contiennent peu voir pas de résidus et sont riches en éléments nutritifs. De plus, l'offre de produits bio est si variée et étendue que cela aide à manger plus sain. Il y a un tas de possibilités bio très nutritives comme les céréales complètes, les noix, des graines, des aliments pauvres en sucre, etc.


    Enfin retenons surtout qu'une bonne santé c'est un tout : ce sont des habitudes saines et un régime de vie équilibré qui contribue à une meilleure santé. C'est donc une combinaison de facteurs tels que la nutrition, l'exercice, la génétique, les facteurs environnementaux, la santé mentale, le stress qui nous rend en bonne santé. Et manger bio peut contribuer à ce mode de vie plus sain.
    Pour en apprendre plus sur le bio pour vos enfants : Bio Van jongs af aan

    Communiqué Bioforum : Avantages Nutritionnels du bio Communiqué Bioforum : Avantages Nutritionnels du bio(pdf)
    « Les produits transformés BIO sont-ils vraiment meilleurs? »
    « Les fruits et légumes bio, plus riches en antioxydants »
    « Manger bio c'est mieux, nouvelles preuves scientifiques à l'appui »

    Pour en savoir plus

  • Animaux bio

    Que mangent les animaux élevés bio?

    La nourriture bio des animaux à l'origine du goût
    Lorsque vous mangez de la viande biologique, vous bénéficiez de la nourriture saine que cet animal a mangé. Ce dont un animal se nourrit se retrouve en effet dans le produit final. L'élevage biologique a une influence importante sur le goût, la valeur nutritive et la texture du produit final.

    Les règles et les contrôles bio sont stricts : les ruminants par exemple, doivent se nourrir le plus possible de l'herbe dans les pâturages. Cette alimentation fraîche peut être complétée avec de l'herbe séchée, du blé, de l'orge, etc. Les non-herbivores doivent, eux aussi, être nourris à 100% de cultures bio. Cela signifie que l'alimentation est cultivée sans engrais chimiques, sans pesticides chimiques et sans OGM. En outre, les antibiotiques, les sédatifs et les colorants et saveurs artificielles sont interdites.

    Cliquez pour agrandir

    Dans quelles conditions vivent les animaux bio?

    Les éleveurs bio optent pour une approche respectueuse de l'animal. Le bien-être animal (confort, nourriture et santé) occupe une place primordiale dans la production bio.

     - Chaque animal bio reçoit l'espace dont il a besoin. Le confort de l'animal contribue aussi à la santé et à la force de la bête. La réglementation bio impose, entre autres, que l'étable soit éclairée par la lumière naturelle, qu'un accès libre à un grand espace extérieur soit mis à disposition des animaux etc. De plus l'élevage biologique est lié au sol : ce qui signifie que l'éleveur bio ne peut pas disposer de plus d'animaux que la terre peut en gérer. Ceci permet de limiter le surpâturage, la surfertilisation et même l'érosion du sol.

     - L'élevage d'animaux biologiques doit se faire aussi naturellement que possible : les implantations d'embryons, l'écornage des bovins ou des becs de poulets sont fortement limitées par exemple.

     - Les animaux biologiques ont une alimentation 100% bio. 20% du fourrage vient obligatoirement de la ferme elle-même. De nombreux agriculteurs biologiques développent d'ailleurs une grande partie de l'alimentation de leurs bêtes dans leurs fermes ou l'achete chez d'autres agriculteurs de la région. De plus, beaucoup d'éleveurs bio nourrissent les nouveaux-nés avec du lait maternel. Non seulement cela améliore le bien-être des animaux, mais l'animal est également plus fort.

     - Les éleveurs bio optent pour des variétés d'animaux robustes et à croissance lente qui sont bien adaptées aux conditions locales. L'animal bio possède le confort, le temps et l'espace ce qui le rend plus résistant aux maladies. L'utilisation d'antibiotiques ou de médicaments est, par ailleurs, fortement limitée. Les moyens artificiels de croissance sont interdits de même que les hormones ou substances analogues servant à commander la reproduction ou autres procédés naturels.

    Pour en savoir plus sur l'élevage bio visitez le site de la Commission européenne

  • Bio plus cher?

    Pourquoi les produits bio sont-ils plus chers?

    La différence moyenne de prix entre un produit conventionnel et un produit bio est de 30%. Cette différence s’explique par plusieurs facteurs:

     - L’agriculture biologique utilise plus de main d’oeuvre et les rendements sont généralement plus faibles car le recours aux fertilisants chimiques et aux produits phytosanitaires de synthèse sont strictement interdits. Il y a également des coûts supplémentaires dû à la surface pour les animaux par exemple.
     - Le coût environnemental et sanitaire des produits conventionnels n’est pas intégré dans le prix de vente, il sera payé par la collectivité et les générations futures.
     - La plus petite taille du marché
    -  Le coût du contrôle

    Ce prix plus élevé est-il justifié ?
    Les coûts externes tels que les pesticides, les nitrates dans l'eau, les émissions de gaz à effet de serre, la perte de biodiversité, les dangers pour la santé humaine et autres sont autant de coûts non pris en compte dans le calcul du prix d'un produit. Ces coûts sont répercutés sur la société. En agriculture bio ces coûts externes sont divisés par 4 !
    De plus, l'agriculture biologique représente un système qui gère soigneusement la terre, les plantes, les animaux et les humains. Par des choix radicalement différents, l'agriculture bio pollue moins ou pas du tout l'eau et le sol.

    Comment consommer bio à un prix abordable?

    Les produits biologiques sont souvent, mais pas toujours plus cher que les produits conventionnels. Une recherche allemande montre qu'avec seulement 45 euros de budget supplémentaire par mois, toute une famille peut acheter 100% bio. De plus, lorsque la famille ajuste ses habitudes alimentaires et consomme un tiers moins de viande, de confiseries et confitures, ce surcoût devient négligable. Consommer bio n'est donc pas nécessairement synonyme de cher !

    Voici quelques conseils pour manger bio sans augmenter son budget alimentation :

      - Remplacer une partie des protéines animales par des protéines végétales : privilégiez la qualité de la viande plutôt que la quantité et mangez plus de légumineuses sont des idées pour réduire votre budget bio.
     - Privilégier les produits régionnaux et de saison : en effet, manger les produits de saison est moins cher et acheter de la nourriture locale réduit les coûts de transport (en plus d'être plus écologique !).
     - Cuisiner soi-même des produits frais bio coûte moins cher que d'acheter des plats préparés.
     - Diminuer le gaspillage alimentaire : réfléchir avant d'acheter et estimer ce dont on a vraiment besoin, permet d'éviter de jeter des denrées alimentaires.

    N'oubliez pas qu'en tant que consommateurs, vous pouvez également contribuer à plus de durabilité. Vos choix comptent et font la différence.